1867

Semaine théâtrale

Dimanche 13 janvier 1867
(…)
Mlle Rosa Didier quitte la Comédie-Française, où elle avait trop rarement l’occasion de faire apprécier son talent ; elle entrera au PALAIS-ROYAL, à partir du 1er septembre prochain.
Berthelier rentrera le 1er février à ce même théâtre pour reprendre les
nombreux rôles remplis par Brasseur dans la Vie parisienne, Brasseur ayant signifié par ministère d’huissier qu’il prendrait à ce moment son congé de deux mois.
Les BOUFFES-PARISIENS s’apprêtent à reprendre Orphée aux enfers avec grand luxe et des (...)
Orphée aux Enfers La Vie parisienne

Semaine théâtrale

Dimanche 10 février 1867
(…)
Berthelier a obtenu un succès tellement vif dans la Vie parisienne, que
la direction du PALAIS-ROYAL a cru pouvoir prolonger la durée du congé
de Brasseur. Ce congé, qui devait être de deux mois seulement, serait fixé à quatre mois.
(…)
GUSTAVE BERTRAND.
La Vie parisienne

Nouvelles diverses

Dimanche 24 février 1867
ÉTRANGER
(…)
– A Rio-Janeiro règne toujours le maestro Offenbach. On nous écrit de cette ville qu’on vient de reprendre au théâtre-lyrique français les Trois Baisers du Diable, une partitionnette qui eut aussi son heure de succès à Paris, au bon temps des Bouffes-Parisiens, et qui est un peu publiée aujourd’hui. « Cette jolie opérette, nous dit notre correspondant, est parfaitement, interprétée par Mlles Delmary et Lovato, MM. Audémar et Genin ; la mise en, scène est fort soignée. » Le directeur du (...)
La Vie parisienne Les Trois Baisers du diable

Semaine théâtrale

Dimanche 7 avril 1867
(…)
Mercredi a eu lieu à l’Opéra-Comique la lecture aux acteurs de Robinson Crusoé, opéra en trois actes, paroles de MM. Cormon et Crémieux, musique de M. Jacques Offenbach. Cette lecture a, nous pouvons le dire, produit un effet très-grand et du meilleur augure pour le succès futur de l’ouvrage.
En voici la distribution :
Robinson, Montaubry ; —Vendredi, Mme Galli-Marié ; — James Cottis,
Sainte-Foy ; — Toby, Ponchard ;— Sir William Crusoé, Falchiéri ; —
Edwige, Mlle Cico ; — Suzanne, Mlle Girard ; — (...)
La Grande-Duchesse de Gérolstein Robinson Crusoé

Semaine théâtrale

Dimanche 21 avril 1867
(…)
J’ai à vous parler aujourd’hui de la Grande-Duchesse : ce n’est pas un sujet de semaine sainte, je le sais, et j’aurais dû m’acquitter dimanche dernier de ce devoir folâtre ; mais ma copie s’est égarée à l’imprimerie ; il me faut la refaire, avec huit jours de retard.
Ce n’est pas que la pièce ne puisse attendre : elle est partie pour deux ou trois cents représentations ; ensuite elle fera son tour de France, d’Europe et d’Amérique, comme Orphée aux enfers, la Belle-Hélène, Barbe-Bleue et la Vie (...)
Orphée aux Enfers La Grande-Duchesse de Gérolstein La Belle Hélène Barbe-Bleue La Vie parisienne

Semaine théâtrale

Dimanche 28 avril 1867
(…)
Pour parer à toute éventualité, la Grande-Duchesse de Gerolstein va se répéter en double aux VARIÉTÉS. Le rôle de Dupuis (Fritz) est étudié par Gerpré ; celui de Couder (le général Boum), par Christian ; celui de Kopp (le baron Puck), par Blondelet ; celui de Grenier (le prince Paul), par Aurèle ; celui de Mlle Garait (Wanda), par Mlle Denault ; enfin celui de Mlle Schneider (la grande-duchesse), par Mlle Taulin. — L’engagement de Couder, l’excellent général Boum, est renouvelé pour six ans.
M. le (...)
La Grande-Duchesse de Gérolstein La Belle Hélène Barbe-Bleue La Vie parisienne [Projet non abouti (ou nom modifié)]

Nouvelles diverses

Dimanche 9 juin 1867
Étranger
-- PESTH. — Une très-jeune artiste, Mlle Gallmeyer, s’est improvisée régisseur de la troupe à laquelle elle appartient comme chanteuse. On écrit au Signale : « Qui n’a pas vu ce petit lutin, dont le nom est dans toute les bouches, diriger elle-même et chanter à la fois l’opérette la Vie parisienne, actuellement en répétition, ne peut se faire une idée de la diversité de ce talent féminin ; il faut la voir à la tête de la mise en scène, placer les acteurs et chanter en même temps avec cette facilité (...)
La Vie parisienne

Semaine théâtrale

Dimanche 23 juin 1867
A L’OPÉRA-COMIQUE, c’est la même affluence pour l’Étoile du Nord et pour Mignon, dont la vogue ne faiblit pas. (...) Robinson Crusoé ne sera lu aux artistes qu’après septembre.
La PORTE-SAINT-MARTIN a repris son éternelle Biche au bois. Tout est remonté sur nouveaux frais. (...) Mlle Silly est de cette grande foire aux divertissements, et l’on a intercalé pour elle quelques airs d’Offenbach, qu’elle dit avec beaucoup de succès, en se tenant à mi-chemin entre Mlle Schneider et Thérésa. (...)
Gustave (...)
Robinson Crusoé

Semaine théâtrale

Dimanche 14 juillet 1867
(…)
Le PALAIS-ROYAL doit donner demain, lundi, la dernière représentation de la Vie parisienne. Le lendemain, au bénéfice de Lhéritier, et pour la rentrée de Geoffroy, il y aura un spectacle extraordinaire, composé de la première et dernière représentation du Jeu de l’oie à l’Exposition, à-propos joué par toute la troupe ; — de la première représentation, à ce théâtre, de la Poudre aux yeux, comédie en deux actes, jouée par Geoffroy et Lhéritier ; — de la première représentation de la Graine d’épinards, (...)
La Grande-Duchesse de Gérolstein La Belle Hélène La Vie parisienne [Projet non abouti (ou nom modifié)]

Nouvelles diverses

Dimanche 28 juillet 1867
Étranger
-- BERLIN. — C’est la saison morte pour la musique. Tous les théâtres royaux sont fermés. Les scènes de second ordre en profitent et encaissent de bonnes recettes. Au théâtre Frédéric Wilhelmstadt, le Voyage en Chine et la Vie Parisienne alternent avec succès.
J.-L. Heugel, éditeur.
La Vie parisienne

Rechercher