1869

Revue musicale de l’année 1868

3 janvier 1869
(...) Boulevard Montmartre, Offenbach remplit le Pérou fantaisiste de sa Périchole, d’airs, de chœurs et de rondes à faire damner ions les alcades des Espagnes et à défrayer toutes les sérénades de Paris. Quand la musique cesse d’être héroïque, c’est ainsi qu’elle doit rire, de ce rire, écho railleur des bruits de Paris. Voilà la Périchole partie aujourd’hui sur les traces de cette cosmopolite Grande-Duchesse dont l’histoire deviendra légendaire. * * *
Paris s’amuse, mais éclectique surtout quand il s’agit (...)
La Grande-Duchesse de Gérolstein La Périchole

Nouvelles des théâtres lyriques

3 janvier 1869
Jeudi de la semaine dernière le théâtre Français de Nice a donné, devant une salle resplendissante de toilettes, la première représentation de la Périchole, au bénéfice de Mlle Honorine qui jouait le rôle principal. La charmante musique de cette dernière oeuvre d’Offenbach a été fort goûtée et les plus vifs applaudissements ont accueilli chaque morceau. Après la fameuse lettre de la Périchole, dite avec beaucoup de sentiment par Mlle Honorine, les bravos, les bis, les rappels ont éclaté sur tous les points de (...)
La Périchole

Nouvelles diverses

3 janvier 1869
Départements
Marseille. – (...) Au Gymnase, la Périchole fait fureur. MM. Juteau, Lesbros, Baumas et Mlle Laurentie y font merveille (...)
La Périchole

Nouvelles des théâtres lyriques

10 janvier 1869
Le café-concert de l’Alcazar a voulu, lui aussi, avoir sa revue et elle n’est pas plus mauvaise qu’une autre, au contraire. On y a beaucoup ri. Elle s’appelle la Chilpericholle et n’a qu’un acte et un prologue. — Cela est dû à M. Louis Houssot, l’auteur de chansonnettes en vogue. — La scène la mieux réussie est une querelle entre Frédégonde et la Périchole. La musique est empruntée principalement aux partitions d’Offenbach et d’Hervé, et la danse de la fin est animée par le fameux quadrille Clodoche, en (...)
La Périchole

Nouvelles des théâtres lyriques

17 janvier 1869
La Périchole vient aussi d’obtenir un beau succès au théâtre Louit, de Bordeaux. Mlle Adelina Lacombe, habile cantatrice de grand opéra, fort aimée du public de cette ville, s’est révélée dans cet ouvrage sous un jour inattendu et a chanté son rôle au bruit de continuels bravos. M. Dupin (Piquillo) conduit avec goût une jolie voix et il est acteur intelligent. Les autres rôles sont très-convenablement remplis. L’orchestre marche bien et la direction n’a rien épargné pour que la mise en scène soit aussi (...)
La Périchole

Nouvelles des théâtres lyriques

24 janvier 1869
On écrit de Bordeaux que le succès de la Périchole grandit tous les jours au théâtre Louit. Mlle Lacombe y est charmante et le jeune ténor bouffe Ph. Dupin est rappelé après ses principaux morceaux, qu’il est obligé de bisser chaque soir.
La Périchole

Nouvelles des théâtres lyriques

31 janvier 1869
La Périchole jouée à New-Yorck [1] au théâtre Picke vient d’y obtenir un très-grand succès, dont rendra compte notre correspondance d’Amérique. * * *
On nous écrit de Marseille que la Périchole vient d’être représentée avec non moins de succès qu’à Paris.
La Périchole

Correspondance

7 février 1869
A M. le Directeur de la Revue et Gazette musicale.
New-York, 6 janvier 1868.
Avant mon départ de Paris, je vous ai promis d’envoyer à votre journal quelques notes sur les théâtres et la musique à New-York. Je m’empresse donc de mettre ma promesse à exécution.
Vos lecteurs savent déjà que nous avons ici deux troupes lyriques, voire même trois, qui se sont donné pour mission de faire connaître tout le répertoire bouffe au public américain. — L’une de ces compagnies est dirigée par M. Bateman, l’autre par (...)
La Chanson de Fortunio La Grande-Duchesse de Gérolstein La Belle Hélène La Périchole Barbe-Bleue Les Bavards (Bavard et Bavarde) Lischen et Fritzchen

Revue des théâtres

7 février 1869
(...)
Aux Variétés aussi, où Mlle Schneider a terminé ses représentations de la Grande-Duchesse et de la Périchole, il y a déluge de nouveautés. C’est d’abord la Roulette, une pièce en trois actes, qui renfermait des situations gaies et qui certainement eut été fort bien accueillie il y a quelques années ; mais le règne de la cascade a tellement changé les goûts et les habitudes du public parisien, que ce qui faisait rire nos pères nous laisse dans une complète indifférence. Aussi la pièce n’a-t-elle fait (...)
La Grande-Duchesse de Gérolstein La Périchole

Nouvelles des théâtres lyriques

7 février 1869
L’éditeur Colombier s’est rendu acquéreur, moyennant 12,000 fr. de la partition de la Diva d’Offenbach. * * *
Après ses brillantes représentations de la Grande-Duchesse à Toulon, Mme Ugalde se dispose à y créer la Périchole ; cette pièce a dû être jouée mardi. * * *
On nous écrit d’Avignon qu’un arrêté du maire a rouvert le théâtre. — La Périchole, mieux comprise qu’aux premières représentations et surtout mieux jouée est en belle veine de (...)
La Grande-Duchesse de Gérolstein La Périchole La Diva

Rechercher